OGM : Les contrôles aux frontières de l’Europe sont à revoir

Il est désormais avéré que les importations européennes de riz sont contaminées par des OGM non autorisés. La fédération européenne des industries du riz vient en effet d’annoncer que 20 % des lots en provenance des Etats-Unis sont positifs et d’importantes quantités de riz destinées au marché communautaire sont en passe d’être détruites ou réexpédiées outre-atlantique. Il s’agit là d’une contamination importante et qui remonte probablement à plusieurs années, les derniers essais américains sur le riz incriminé datant de 2001. Par ailleurs, de récentes analyses ont montré que des produits importés de Chine contiennent eux aussi des traces d’un riz transgénique non autorisé. Ces contaminations mettent en évidence les lacunes actuelles des contrôles communautaires sur les importations de denrées agricoles. En effet, si l’administration américaine n’avait pas informé les autorités européennes d’une contamination sur son territoire, rien ne serait venu alerter nos services de contrôle. Jusqu’à maintenant, aucune recherche de présence d’OGM n’était réalisée sur les importations de riz américain, ni par les organismes officiels, ni par les opérateurs économiques. En réponse à cette contamination, la Commission a adopté des mesures de contrôle transitoires et ciblées. La CLCV considère que ces dispositions ne prennent pas en compte l’ampleur du problème. Nous demandons que soient redéfinis les plans de contrôle des importations agricoles, quelle que soit leur provenance et leur nature. Limiter ces contrôles aux seuls produits pour lesquels des variétés OGM sont autorisées dans des pays tiers ne permet manifestement pas une bonne gestion du risque de contaminations. Celles-ci peuvent en effet résulter de variétés expérimentales et concerner un large spectre de produits importés. La CLCV ne peut admettre que des produits non autorisés entrent dans notre alimentation et nous rappelons aux pouvoirs publics et aux opérateurs économiques la nécessité de garantir aux consommateurs un haut niveau de protection. Même si, pour l’heure, il n’existe pas de risque avéré lié aux variétés non autorisées le principe de précaution doit bien évidemment s’appliquer de la façon la plus stricte et le rappel et la destruction des produits concernés s’imposent. Enfin, la CLCV insiste sur la nécessité de garantir aux consommateurs la liberté de choisir des produits exempts d’OGM. A cet égard, nous déplorons que le projet de loi français destiné à organiser la coexistence de filières séparées et à prévenir les contaminations n’ait toujours pas abouti.

Christian SAQUET Président CLCV Région Bretagne Défense des consommateurs 02 96 48 07 46 / 06 62 40 17 55 Plan d’accès au bureau : http://www.3douest.com/debroglie/ Plus d’info sur la CLCV: www.clcv.org

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Petit calcul simple pour sécuriser l'accès ! ;-) * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.